Franchissements Liens Connections

groupe-michel-debrief

Mot(s) Clef(s) : Franchissements / Liens / Connections

Idées / Projet = Vie Du D’sus

Le groupe accompagné par Michel Crespin et composé de Suzanne Sebo, architecte, Bartel Bruynseels, de la jeune chambre économique de Tours, Dalila Habbas, chargée de mécénat dans la culture et Céline Tanguay, ATU a proposé trois visions de ce territoire comme autant de points de vue et de directions de regards qui ont permis de définir les bases pour leur idée/projet « Vie Du D’sus ».

Après une pérégrination difficile et dure, confrontée au fer et à la marche, le constat est celui d’un territoire parcellisé, interdit, où chaque chose reste chez elle, et que la seule solution reste l’enjambement de ces territoires.

connexion

connexion

franchissement

franchissement

liens

liens

  • La vision #1 est une vision du sol, de territoires parcellisés, inaccessibles et impénétrables, soumis à une multiplicité d’interdits et de frontières. Pour autant, par une vision en perspectives,  ils restent visibles.

     

    exploration-24,09-barriere

    vision #1 - au sol

  • La vision #2 est le regard inverse, une vision supérieure, celle du dessus, du hors-sol. Il existe un territoire franchissable, canalisé et organisé (celui des circulations routières) mais aussi une vue du dessus, qui nous appartient par le regard personnel, dans lequel ce regard est non-pointé et qui permet de profiter de cette machinerie, de ce paysage.
le Hors-Sol
Vision #2 – le Hors-Sol
  • La vision #3 est celle du 1+1+1+1, liée à la répétition et au rythme du territoire qui créent du lien. Est évoquée la fascination du groupe pour la rythmie de cet univers, à la fois dans ses formes urbaines et architecturales (tel le Magasin Général) et dans ses objets (grilles, rames). Cet univers rythmique nourrit le génie du lieu.

     

    Vision 3 - 1+1+1+1 rythmie

    Vision 3 - 1+1+1+1 rythmie

Idée / Projet : A partir de ces éléments il apparaît que la seule manière de s’en sortir est d’être au-dessus. il s’agit donc de démultiplier un maillage d’interconnexions aériennes, évolutives et démontables sur un modèle de mécano. Il est alors possible de vivre au dessus, à la manière d’une cité lacustre, sur un réseau piétonnier sur lequel des activités viennent se clipser. On ne touche pas au substrat et l’accès au site se fait par le regard à la manière d’une image enfantine de train électrique.

Vie Du D'sus
Vie Du D’sus
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :